Des rencontres internationales  lors de la FMH Vendée Globe.

Une équipe trés sympa

Kojiro se forme avec medxtreme.. du breton au japonais on y arrive...

A bord de TAra  juin 2016....

Un gentil témoignage de Léa stagiaire formée au psmer avant son départ avec Tara.

" Une formation enrichissante, même si on espère ne pas avoir à s'en servir une fois en course ! Merci pour ces trois jours instructifs et dans la bonne humeur". 

fmh Vendée Globe mars 2016.

Alan Roura

www.alanroura.com

"Cette formation nous plonge dans la réalité. Nous ne voyons que ce qui peut nous être utile dans une crise à gérer seul en mer. C’est très précieux de se faire former par des marins. Merci!"

fmh Vendée Globe mars 2016

Eric Bellion

www.c1sh.com


Marine Feuerstein Mars 2016

 

"Bonjour  Jean-Marc,
 
Le stage de Samedi était super !
 
=> 3 formateurs pour 7 stagiaires, c'est le luxe !
=> Présentation très adaptée à la pratique de la course au large
=> des photos, des films, de la manipulation, des mises en situation , il y avait de tout
=> des formateurs passionnés  avec beaucoup d'expérience !
=> une super équipe de stagiaires"


 

"Le PSMER avec Jean Marc Le Gac , c'est vraiment une formation pragmatique pour le marin hauturier .

Les points de force ; une mise à jour avec les dernières techniques liées aux expériences récentes, des travaux pratiques in situ avec le matériel concerné. «

Jean Pierre Dick Navigateur sur IMOCA Saint Michel  Octobre 2015


« La formation a été très intéressante. De nombreuses informations précieuses nous ont été communiquées, notamment sur la manière d'appréhender un incident d'ordre médical: premiers réflexes, premières questions, communication au sein de l'équipage et avec la terre.

Un certain nombre de simulations pratiques nous ont permis d'étudier quelques situations données: c'était enrichissant de participer, ou observer comment chaque personne réagissait, puis faire ensuite l'analyse de la situation tous ensemble.

À refaire pour garder la mémoire fraîche!

 

Dans le cadre de l'Odyssey, nous avons eu affaire à de minimes problèmes médicaux, des infections locales, des œdèmes ou des coupures essentiellement.

Nous nous sommes très bien sortis physiquement du chavirage, nous avons été assez chanceux à ce niveau là.

Je n'ai, par conséquent, pas eu à mettre en application les procédures vues lors de la formation en cas de problème médical. »

J'ai principalement fourni les médicaments et pansements nécessaires aux autres équipiers, et fait en sorte de repartir à chaque nouvelle étape avec une pharmacie du bord complète.

 

Martin Graveriaux navigateur sur l'Odyssey 2015 du MOD 70 Race For Water 2


« La simulation de soins d'urgence à bord de notre voilier de 60 pieds s'est avérée à la fois instructive et révélatrice.

- Instructive d'abord car il s'agit bien de cela. Apprendre, par le geste, par le ressenti, à réagir correctement face à l'accident toujours redouté. Ancrer la formation dans le réel est le meilleur moyen de s'en souvenir, et que tout notre corps s'en souvienne. Bien plus efficace qu'un simple cours en salle !

- Révélatrice ensuite, car la simulation permet à l'équipe de se révéler à elle même : comment, face à la situation d'urgence, mon équipe se coordonne, gère le stress ? cède t elle à la panique et à la guerre des chefs ou bien reste -t-elle organisée et lucide ? la simulation permet donc de lever aussi des questions de management, qui souvent font défaut malgré la compétence qui peut être présente. Or à quoi sert une compétence si l'on ne sait pas la mettre en oeuvre collectivement, si l'on se perd dans les conflits ou un stress relationnel ?

Voilà tout ce qu'apporte la simulation »

Pierre Meisel skipper et manager de team Jolokia