· 

Covid à bord, prévention et gestion du stress

Dr JM Le Gac coordinateur médical C3S GHBS, P. Chapelain Coordinateur IDE

La pandémie covid a plongé le monde maritime dans un isolement encore plus intense que celui habituellement lié à l'exercice de ce métier particulier.

Une journaliste du Monde avait souligné il y a un an déjà les dégâts psychologiques collatéraux provoqués par des situations souvent dramatiques de quarantaine ( les marins perdus du coronavirus par Marie-Béatrice Baudet 19 juin 2020).

Nous formons au C3S de Lorient environs 300 marins professionnels par an lors des stages médicaux obligatoires de niveau 3 ( capitaine et second).

Cette formation, la connaissance de la dotation médicale de bord et de la télémédecine est une obligation réglementaire.

Le but de ces modules validés par l'organisation mondiale du travail est que les marins bénéficient autant que possible des mêmes soins que les travailleurs "terriens".

Le pari est audacieux, car même si la télémédecine a fait beaucoup de progrès, il sont très souvent éloignés des côtes, ils ne sont pas soignants et bénéficient tout au plus de 15 jours de formation "médicale" en stage initial et d'un recyclage de 5 jours tous les 5 ans.

Le C3S ( centre de simulation en santé ) du GHBS de Lorient, a initié auprès de ses marins des formations par simulation.

Elles consistent à exposer un ou deux marins à une prise en charge médicale codifiée et scénarisée avec acteurs ou un mannequin, pendant qu'ils sont filmés.

Un long debriefing avec l'ensemble des  marins est ensuite possible ( la scène filmée est visible par les autres  dans une salle dédiée).

A cette occasion les langues se délient souvent, les problématiques de bord ressenties plus volontiers exprimées. Ces derniers mois, la covid s'est invitée dans ces moments : les marins parlent volontiers de leur ressenti, des interrogations par rapport à cette maladie, aux conditions de vie à bord, aux risques, aux impacts psychologiques.

Il nous a donc semblé utile d'expliquer et de mettre en place des scenarios crédibles et indispensables en lien avec la pandémie:

 

  • Comment appréhender et détecter un marin avec des signes respiratoires ptentiellement liés à la covid.
  • Comment détecter et gérer un détresse psychologique du a une quarantaine prolongé
  • Quelles mesures de prévention sont accessibles

Il existe une antenne spécialisée pour des crises psychologiques à bord au delà du seul CCMM ( Centre de Consultation Médicale Maritime de Toulouse), le "cremp" basée au CH de Saint Nazaire, mais agir avant les signes, en  prévention nous a semblé également utile.

Nous avons par ailleurs proposé aux marins, à cette occasion, de répondre a un questionnaire anonyme non obligatoire  pour évaluer leurs besoins en la matière depuis le début de l'année. Nous avons obtenu 74 réponses sur 126 stagiaires, soit un taux de  retours 59 %.

Parmi ceux ci les demandes d'aides, de conseils et d'outil s d'aide cognitives étaient majoritaire devant un stress exprimé comme en partie majoré par la situation covid.

 

Nous leur avons proposé une fiche pédagogique d'aide pour la gestion du stress à bord.

 

Télécharger
StressABord.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

Au delà de ces éléments, il est aussi proposé aux marins de mieux comprendre la maladie, les initier à la réalisation de tests, antigéniques, a savoir gérer l'isolement infectieux,  comprendre les points du bilan. quotidien des malades importants pour les médecins à terre.

Pour cela, nous nous sommes pour cela inspiré des formations réalisée par notre centre lors de la vague 1 de la pandémie à destination des soignants de notre territoire de santé. A cette époque un test de simulation de prise en charge d'un patient potentiellement covid nous avait révélé l'urgence de former les soignants aux gestes barrière et d'habillement mais aussi à la sensibilisation aux données disponibles sur cette nouvelle maladie. Tout cela permettait une gestion préventive du stress généré inéluctablement par cette pandémie.

 

Télécharger
safety training soignants vague covid 1
2020-04- cellule crise-09-04-JM.pptx
Présentation Microsoft Power Point 7.5 MB

Les instances devraient aussi prioriser les marins lors de la campagne de vaccination, les inciter à avoir des test antigéniques à bord.

Le cas échéant si cette prévention n'est pas jugée prioritaire, il faut majorer les réserves d'oxygène à bord et les système de ventilation en cas de covid grave déclaré à bord si l'on veut espérer que nos marins aient la même "chance" que les terriens.

Enfin les modules d'enseignement et de sensibilisation tel que ceux mis en place au C3S de façon spontanée, comme lors de la vague 1 pourraient bénéficier d'un label et être généralisés voire améliorés.

Les appels pour problèmes psychiatriques ne semblent pas avoir augmentés au CCMM entre 2019 et 2020, nous n'avons pas encore les chiffres pour 2021, car il est probable que la durée de la crise aura des impacts psychologiques sur le long terme. Nous menons à distance une enquête d'ores et déjà pour mesurer les éventuels impacts de stress post traumatiques  à 6 mois et un an des marins que nous avons eu en charge.